secrets d’entrepreneurs

Les secrets des entrepreneurs qui réussissent

Les Secrets des Entrepreneurs à Succès



J’ai eu la chance de pouvoir me former pendant assez longtemps directement auprès de Michael Hall, Ph.D (USA), le créateur de la Neuro-Sémantique.
Il a travaillé, recherché et modélisé la réussite et l’efficacité non seulement dans le Coaching et le Leadership, mais aussi dans l’Entrepreneurship.
Voici la première partie d’un article qu’il a écrit sur ce thème et que j’ai traduit pour vous en français.

“Les Secrets des Entrepreneurs qui réussissent”, partie 1, Michael Hall, Ph.D (USA), traduction Florent Fusier

  • “Quels sont vos cadres d’esprit, vos cadres de signification et vos cadres de références par rapport aux affaires?”
  • “Quelles sont vos croyances clés, valeurs et principes à propos des affaires?”
  • “Etant donné ces cadres, avez-vous une matrice des affaires qui vous rend efficace et vous procure le succès?”
  • “Votre matrice de cadres par rapport aux affaires fait-elle de vous un bon entrepreneur?”
  • “Quelle intelligence des affaires avez-vous grâce à ces cadres?”
  • “Comment vont vos affaires?”

Bien qu’un de mes diplômes universitaires soit dans les affaires (Bachelor de Science du Management des Ressources Humaines), j’ai seulement commencé à comprendre comment marche le monde des affaires quand j’ai commencé à explorer, à rechercher et à modéliser sur la formation “L’Art de créer la Prospérité” (maîtriser sa matrice de création de richesse).

Ce que j’ai découvert m’a surpris. Pour la première fois j’ai vraiment découvert ce que le coeur de la prospérité est, ce qu’est la richesse. J’ai toujours pensé que c’était seulement l’argent ou un aspect de l’argent. Je ne savais pas que c”était une compétence mentale et émotionnelle. Je ne savais pas que c’était, voir, créer et ajouter de la valeur aux choses et aux expériences.

De nombreuses techniques de la Neuro-Sémantique ont émergé de cela : la “richesse intérieure”, “passer de la tête aux muscles”, “voir et saisir les opportunités”, pour en nommer seulement quelques unes. Et parce qu’appliquer sur soi est le coeur de l’attitude en Neuro-Sémantique, j’ai immédiatement appliqué cela à mon affaire d’immobilier et d’investissement dans des propriétés, ma compagnie d’édition de livres, mon centre de formation, etc.
Cela m’a mené à acheter et vendre de nombreuses propriétés, étendre mes publications et développer de nouvelles formations.

De manière similaire j’ai commencé à appliquer ces principes au côté “affaires” de la Neuro-Sémantique pour construire l’aspect commercial de ce domaine : promouvoir des formations, sponsoriser des formations, développer des partenariats, etc. Pour le Méta-Coaching cela m’a amené à Michelle Duval et j’ai commencé à lui poser des questions sur ce qui empêche la plupart des gens de transférer leurs compétences utilisées dans leur affaire (lorsqu’elles sont en prestation) pour l’utiliser à propos de leur affaire (travailler sur son affaire et son développement). Il y a une différence vous savez. Travailler dans son affaire fait référence aux compétences et connaissances que vous utilisez pour faire ce que vous faites. Travailler sur son affaire fait référence aux compétences de développement, planification, organisation, etc. C’est à propos de son leadership et de ses compétences de manager à créer une vision, un plan d’affaires, et à gérer cela sur une base quotidienne.

“Pourquoi les personnes qui travaillent dans le domaine du développement personnel ont autant de mal à avoir du succès dans les affaires et en tant qu’homme ou femme d’affaires?

“Pourquoi ceux qui ont de très grandes qualités de relation avec les autres ont autant de mal au niveau des compétences pour faire réussir une affaire?

“Quels cadres de signification ont les personnes qui réussissent dans les affaires, qui les amènent au succès?”

“Alors comment développe-t-on plus d’intelligence des affaires? Quelles sont les qualités et caractéristiques de ceux qui ont le sens des affaires?”

Récemment j’ai interviewé et modélisé de nombreux entrepreneurs pour voir ce que pense un vrai entrepreneur au quotidien et ce qu’il fait et si cela correspond à ce que l’on trouve dans la littérature sur le domaine. J’ai par exemple interviewé pour cela Brian Hattingh, Michelle Duval et Graham Richardson.

J’ai rencontré Bryan à Johannesburg, en Afrique du Sud, quand il m’invita avec Michelle Duval à un programme radio. Bryan est un entrepreneur dans l’industrie des Technologies de l’Information et coach. Il a créé et dirigé sept entreprises qui ont réussi et créé des modèles innovants dans les technologies de l’information. Michelle Duval est une coach et CEO d’Equilibrio qui est une entreprise de Coaching en Australie et une des entreprises avec la plus forte croissance. Elle a maintenant dix coachs et deux employés, et elle a été nommée en 2003 femme d’affaires de l’année en Australie. Elle a co-créé avec moi le programme de la formation de Méta-Coaching et le modèle des Axes du Changement. Graham est un coach à Sydney qui est spécialisé en management, carrière et leadership. Il est associé avec Stephenson Partnership, la plus grande entreprise de coaching professionnel en Australie. Il a aussi sa propre entreprise Horizon Unlimited Ltd lancée il y a cinq ans.

Quels sont leurs secrets? Quels sont les cadres d’esprit qui leurs permettent de créer de nouvelles compagnies, d’être leader dans leur domaine et d’ajouter de la valeur comme ils le font?

Ils sont passionnés et captivés par une idée. Ce qui signifie qu’ils croient aux produits et services qu’ils proposent. Ils ne croient pas seulement en ce qu’ils font, ils croient en eux, et qu’ils ajoutent tant de valeur à leurs clients. Ils croient qu’ils vont véritablement enrichir la vie de leurs clients. Sachant cela aussi profondément qu’ils le font, ils n’ont pas de problème à donner de la valeur à ce qu’ils font, leur temps, leurs efforts, leurs difficultés, etc. ce qui leur permet de vendre leurs produits et services comme il le font.

Ils voient des opportunités partout et choisissent sagement lesquelles ils vont saisir. Quand nous interviewons ces entrepreneurs, ne ressort pas seulement leur excitation et leur enthousiasme, mais aussi leur incroyable capacité à voir les opportunités. C’est une des choses qui diffère avec la plupart des gens. Ils ne sont pas non plus seulement optimistes, comme on pourrait s’y attendre, mais ils sont aussi complètement captivés par toutes les opportunités qui sont autour d’eux.

En d’autres termes, ils vivent dans un monde d’opportunités. Ils vivent dans un univers d’abondance où tous les jours on peut trouver toutes sortes de possibilités. Pour la personne qui n’a pas ces cadres d’esprit ou qui ne peut même pas comprendre cela, ces entrepreneurs semblent fantastiques, visionnaires, irréalistes ou parfois fous. Mais ils y vont et concrétisent les opportunités. Ils démarrent des entreprises, remportent des trophées, font ce que les autres ont seulement rêvés.

Ils ont une fantastique attitude d’être orienté sur les solutions. Ici il y a quelque chose que vous pourriez trouver étrange. L’optimisme de ces entrepreneurs n’est pas la « positive attitude ». Ils ne pensent pas de manière positive de cette manière. En fait, c’est ce qui les rend comme personne. Ils adorent les problèmes. Donner leur un problème et c’est comme jeter de l’essence sur un feu. Ils adorent cela. Et ils ont une force à faire face aux réalités difficiles.

Ce qui est dans leur esprit c’est : résoudre des problèmes, inventer de nouveaux procédés, techniques, produits, services et faire ce que tout le monde jugerait impossible à réaliser. C’est cette mentalité orientée sur les solutions qui les dirigent. C’est en fait lorsqu’ils sont perplexes qu’ils sont le plus actifs. Et c’est ce qu’ils recherchent. Ils veulent du challenge. Ils attendent cela avec impatience. Ils adorent inventer et créer comme cela leur vient, commencer un projet sans un indice clé. Quel différent type de cadres d’esprit!

Ces entrepreneurs commencent avec la résolution de problème en se mettant en face du problème et en se posant un millier de questions à propos de lui. Alors ils commencent à penser à toutes les possibilités pour le résoudre. Ils n’ont pas à avoir tout de suite la bonne réponse, ils embrassent facilement l’ambiguïté et le fait de ne pas tout savoir. Et ils vivent avec cette ambiguïté en croyant fermement qu’ils vont finir par en sortir avec des solutions.

J’ai déjà écrit à propos des opportunités, qu’on ne les voient pas avec les yeux, mais avec l’esprit.
Et c’est ce cadre d’esprit, cette attitude d’un entrepreneur qui implique le fait d’accueillir les problèmes et de les creuser de manière à aller au travers et au delà des difficultés et des challenges.
Les entrepreneurs savent comment traiter les problèmes comme fondation de leur réussite.

Ils prennent des risques intelligemment. Il y a quelque chose d’incroyable chez les entrepreneurs, ce sont les cadres d’esprit qu’ils ont par rapport au risque, et cela les rend vraiment à part. Ils n’embrassent pas seulement le risque de ne pas savoir, de ressentir de l’inconfort, d’échouer, mais aussi de paraître idiot, vulnérable ou ridicules aux yeux des autres. C’est leur force. Ils sont passionnés par leurs idées, ce qu’ils font et eux-mêmes.

J’ai trouvé la même attitude lorsque j’ai modélisé l’indépendance financière des millionnaires de première génération. Ils pensent véritablement que le plus grand risque dans le monde est de travailler pour quelqu’un d’autre! Pour eux, c’est cela l’insécurité. Ils considèrent cela comme la chose la plus risquée à faire. Leur cadre d’esprit est que la seule personne sur qui ils peuvent vraiment compter, c’est eux-mêmes. Ils préfèrent croire en leurs propres compétences et passions et ne dépendre de personne. Pour eux, être salarié est risqué.

Evidemment cela demande beaucoup de confiance en soi, d’estime de soi, et d’être un entrepreneur. Vous devez trouvez votre sécurité en faisant confiance et en croyant à vos compétences, pouvoirs, connaissances, relations, etc. pour ajouter de la valeur dans le monde.

Le risque dans les marchés est un acquis pour l’entrepreneur. En réponse à cela, ces entrepreneurs embrassent et valorisent le risque et le traitent respectueusement comme quelque chose à gérer. Alors ils gèrent cela comme n’importe quel problème, en l’étudiant, le comprenant et en développant des compétences pour le gérer efficacement, en créant des plans, en les suivant et en utilisant leur intelligence pour prendre des risques mesurés.

Ils font ce qu’ils savent et appliquent leurs principes sur eux-mêmes et gèrent efficacement leur temps, leur énergie et leurs émotions. J’ai trouvé un autre trait chez ces entrepreneurs, ils font ce qu’ils disent et appliquent sur eux. Plutôt que d’avoir des solutions pour les autres en premier, ils ont l’attitude d’essayer sur eux-même d’abord. Cela les rend congruents. Cela les rend alignés avec ce qu’ils font. Ils construisent une réputation de personnes qui font ce qu’elles disent.

La suite dans la 2ème partie très prochainement…

Florent Fusier

“Le Coach en Ligne”

{ 0 comments }