Le pouvoir de l’Acceptation

Le pouvoir de l'acceptation

Cet article est l’introduction d’un prochain ebook qui sera diffusé gratuitement sur ce blog qui s’appelera aussi “Le Pouvoir de l’Acceptation”.

L’Acceptation une ressource dont on ne soupçonne pas la puissance et l’énergie salvatrice, qui permet d’amorcer la résolution de nombreuses difficultés, que ce soit des émotions négatives, des conflits internes, le vécu d’une situation difficile, les difficultés relationnelles, etc.

On parle souvent du besoin de « lâcher-prise », sans acceptation, c’est totalement impossible.

Je dis souvent dans les formations en Neuro-Sémantique que je donne que l’on ne peut pas changer ou transformer ce que l’on a pas accepté.

L’Acceptation est la porte d’entrée au changement et à la transformation. C’est montrer le « drapeau blanc » et arrêter de lutter contre soi-même, contre les autres ou contre une situation dans laquelle on ne peut rien changer.

Acceptation ne signifie pas résignation comme parfois certains le pensent et qui amène à refuser d’accepter les choses. L’acceptation c’est simplement voir les choses comme elles sont et les prendre telles quelles en lâchant les jugements négatifs ou positifs et en regardant les choses avec un regard de « c’est ainsi » plutôt que de créer un trop fort état d’aversion ou d’attraction.

« C’est ainsi » mènera ensuite plus facilement à « qu’est-ce que je peux faire? Quelles sont mes possibilités » et à sortir des spirales négatives par rapport aux situations difficiles qui empêchent de réfléchir et d’agir.

C’est paradoxalement le meilleur moyen de gérer ou de transformer les difficultés. On pense que lutter est la meilleure solution, mais on se rend compte que c’est en cessant de lutter et d’aller en opposition avec ses propres pensées, émotions, comportements jugés négatifs ou avec les autres ou avec des situations difficiles que l’on peut commencer à voir les choses autrement et à améliorer les choses.

L’acceptation est comme une porte, un passage dans un monde de lâcher-prise.

Avant l’acceptation, nous luttons (aversion de ce que nous ne voulons pas et qui nous arrive ou manque inconsidéré de ce que nous voulons mais que nous n’arrivons pas à avoir). Après l’acceptation, nous avons traversé un passage, nous sortons de cette dualité et nous pouvons commencer à prendre du recul et agir de manière réfléchie et efficace, le mieux possible par rapport à la situation qui nous pose problème.

L’acceptation permet de sortir d’une dynamique d’opposition. Plus on lutte contre quelque chose, plus on lui donne de la force et de l’importance. Plus on refuse une situation, plus on rend les choses difficiles.

Plus on refuse de voir les choses en face, plus le « retour de boomerang » sera violent. Lorsque l’on refuse de voir les choses comme elles sont véritablement, que ce soit une situation, une émotion que nous avons du mal à gérer ou que nous n’aimons pas ressentir, un comportement ou une personne, nous créons une dynamique négative par rapport à ces choses et cela empêche d’agir avec jugement et intelligence.

Certaines personnes luttent des années et des années contre des pensées, des émotions ou des comportements qu’elles ont et qu’elles jugent comme mauvais, toxiques, détestables, et finissent par s’identifier à cela, et à porter tout ce jugement négatif sur elles-mêmes et à se dévaloriser complètement. C’est la porte ouverte au rejet de soi, à la culpabilité, à la honte, et toutes ces émotions « toxiques ».

L’acceptation permet de ne plus rentrer dans ce genre de dynamique, mais d’en sortir pour créer une nouvelle dynamique, de changement, dans la mesure du possible.

Cela permet aussi de lâcher prise sur les choses. Parfois nous essayons de changer des choses que l’on ne peut pas changer et nous sur-investissons dans des efforts vains qui nous épuisent. L’acceptation, c’est aussi être conscient et faire avec nos limites, accepter que l’on ne peut pas tout contrôler et tout maîtriser, laisser faire les choses sur lesquelles nous n’avons pas de contrôle.

Les bouddhistes utilisent énormément le pouvoir de l’Acceptation dans la voie qu’ils proposent. La pratique de la méditation d’introspection permet justement d’apprendre à observer les choses comme elles sont véritablement et à simplement les observer telles quelles en lâchant les jugements d’attachement ou d’aversion.
Cela permet d’accepter les choses, en connaissant leur véritable nature et ainsi d’agir de manière utile, juste et considérée.

Nous verrons aussi que l’Acceptation se situe entre le Rejet et l’Appréciation, sur une échelle de “valeur”.
Lorsque nous sommes dans le rejet, de nous-mêmes, d’une pensée, d’une émotion, d”un comportement ou d’une situation nous dévalorisons cette chose et allons en opposition.
Lorsque nous apprécions quelque chose, au contraire nous lui trouvons de la valeur, une certaine valeur suffisante pour que nous aimions cette chose, situation, pensée, émotion ou comportement et que cela nous soit agréable.

L’Acceptation, c’est mettre le curseur au milieu : ni négatif, ni positif. Prendre les choses ainsi, comme cela, et voir ce que l’on peut faire, ce qui est de notre ressort, pour améliorer la situation si elle est difficile ou pour transformer l’émotion ou le comportement négatif. Cela peut sembler paradoxal tant qu’on ne l’a pas expérimenté, mais c’est lorsque l’on peut accepter une chose, que l’on peut enfin la transformer ou agir dessus de manière utile, intelligente et efficace.

Combien de personnes viennent en Coaching, en Thérapie ou simplement dépensent une folle énergie psychique à cause de quelque chose qu’ils veulent changer, transformer, mais qu’ils n’acceptent pas et contre lequel ils luttent…

Par exemple derrière de nombreuses problématiques de “surface” sur lesquelles il est possible de perdre du temps et de l’énergie à “tourner en rond”, nous allons trouver le fait de ne pas accepter de ne pas être parfait, de ne pas savoir, de se tromper, de faire des erreurs, d’être critiqué, de ne pas plaire à tout le monde, de ne pas réussir à tous les coups, d’avoir des comportements qui ne nous plaisent pas, de ressentir des émotions difficiles ou que l’on considère comme négatives, de reconnaître que l’on ne peut rien changer à une situation qui nous arrive, de se sentir faible, etc.

Evidemment, parler d’acceptation de quelque chose qui nous “empoisonne” la vie semble paradoxal ou même idiot, mais vous verrez qu’il y a des moyens de faciliter l’acceptation des choses, et qu’une fois que le pouvoir de l’acceptation (et parfois de la permission) opère, la magie opère, et l’on peut entrevoir les choses sous un autre angle et de nouvelles possibilités apparaissent…

Vous découvrirez dans cet ebook à venir prochainement, le véritable pouvoir magique de l’acceptation, ressource que l’on retrouve dans de très nombreux courants de psychologie et de spiritualité et sur laquelle on met l’accent en Coaching avec la Neuro-Sémantique.

Florent Fusier
“Le Coach en Ligne”

{ 1 comment… read it below or add one }

Miankodila Marcel août 31, 2011 à 1:27

Très belle leçon de spiritualité, la vraie, capable de créer l’harmonie, l’amour et l’unité des hommes. A Mahikari, ça se dit en un mot ” SUNAO” ou être obéissant à la volonté de Dieu. Vous avez vraiment trouver les mots pour tout expliquer et, j’espère tout le monde y trouvera la substance profonde qu’elle renferme. Moi, je m’y retrouve parfaitement car cela fait partie de mes entrainements au quotidien. Maintenant, j’en fais une ressource en coaching.

Leave a Comment

Previous post:

Next post: