juin 2011

Parler en public : comment réussir sa prise de parole en public?

Partie 2 : Utiliser tous les niveaux de Communication

Dans la première partie, nous avons parlé de l’importance de l’état émotionnel pour parler en public et comment être dans un état émotionnel qui nous permet d’être efficace et de gérer le stress et les émotions difficiles.
Dans cette seconde partie, nous allons voir qu’il est maintenant important, une fois dans un état émotionnel “ressource” d’utiliser les différents niveaux de communication.

Plusieurs niveaux de communication
Lorsque vous parlez en public, tout comme lorsque vous parlez à une seule personne, vous communiquez, à différents niveaux, de manière consciente ou pas.
Pour parler en public efficacement, il est essentiel de le savoir, pour communiquer depuis ces différents niveaux de manière consciente et efficace et éviter certains pièges.
Nous allons donc voir quels sont ces différents niveaux de communication et comment utiliser cette connaissance pour améliorer sa prise de parole en public.
On pense souvent que c’est le discours le plus important et qui compte le plus, on a peur d’oublier des choses, qu’il ne soit pas assez bien, etc. seulement un autre facteur essentiel est la manière dont vous allez communiquer ce discours, au delà du contenu des mots en eux-mêmes.

La communication verbale
Cela correspond à ce que vous dites : le contenu, les mots que vous employez. On y fait souvent très (trop) attention en perdant de vue l’importance des autres canaux de communication. Les mots que vous utilisez ont leur impact, le séquencement des mots aussi. Il s’agit ici de maîtriser le langage, le questionnement (quand poser une question ouverte, fermée, qui contient plusieurs choix…) et de savoir quel effet on souhaite obtenir sur le public.
Nous reviendrons sur cela plus en détails prochainement en parlant de la “communication d’influence”. Le langage en effet influence, qu’on le veuille ou non.
Savoir utiliser la puissance du langage nécessite de maîtriser sa structure (étudier par exemple le méta-modèle du langage de la PNL, la linguistique) pour communiquer avec efficacité, c’est à dire utiliser la communication de manière à induire la réaction souhaitée chez ses interlocuteurs. Que ce soit pour faciliter la compréhension ou la persuasion.
Penser aussi à varier votre expression sur les différents canaux sensoriels : certaines personnes sont plus “visuelles”, d’autres “auditives”, d’autres “kinesthésiques” (sensibles aux émotions, ressentis et actions). Ainsi utilisez des termes dans chacun de ces registres afin que chacun puisse adhérer plus facilement à votre discours, en étant capable de comprendre ce que vous dites à travers son propre fonctionnement.
De plus induire des émotions chez son public est un excellent outil d’efficacité.

La communication para-verbale
Cela correspond à la manière dont vous vous exprimez en terme cette fois de la qualité de votre voix. En effet, au delà des mots, il y a comment vous parlez : avec quel timbre de voix, quel rythme d’élocution, quelle tonalité, quel volume, etc. La voix est un outil puissant pour communiquer efficacement, il est important que vous preniez en compte ces paramètres de la communication para-verbale.

La communication non-verbale
Cela correspond à tout ce qui n’est pas dit : les messages qui sont envoyés par votre corps. Votre posture, votre gestuelle, vos déplacements, l’expression sur votre visage, votre physiologie (tendu, détendu, respiration lente, rapide, etc.). Tout cela contribue à l’efficacité ou l’inefficacité de votre prise de parole.
On parle ici non pas de ce que vous dites, mais de comment vous le dites. C’est principalement le non verbal qui développera ou non votre charisme, ce que vous dégagez lorsque vous parlez, si vous êtes convaincant ou non. C’est plutôt au niveau inconscient que cela se passe, et cela explique pourquoi parfois vous n’aimez pas écouter une personne même si ce qu’elle dit vous semble correct, et pourquoi lorsqu’une personne s’exprime, bien que d’un autre point de vue que du votre ou bien que vous ne soyez pas convaincu du contenu, vous sentez une adhésion, une “séduction” pour son discours, son charisme.
Ainsi plus vous travaillerez finement et efficacement votre communication non verbale, plus vous pourrez augmenter votre impact et votre charisme sur le public.
Contrairement à ce que l’on pense (la plupart des gens focalisent trop sur le contenu de leur discours), c’est là qu’il y a le plus de travail à faire car c’est ce qui sera le plus déterminant dans votre prise de parole en public. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut bâcler votre discours, mais accordez une extrême importance.

Utiliser les différents niveaux pour parler en public avec plus d’efficacité

- Au niveau de la communication verbale, il s’agit simplement de s’assurer d’utiliser un vocabulaire clair, précis et adapté à son audience. Si vous présentez la même chose à des scientifiques, des commerciaux, des artistes ou des retraités, vous ne devriez pas utiliser le même langage pour vous exprimer devant ces différents types d’audience. Demandez-vous donc à quel type d’audience allez-vous parler, quel est leur langage, leur vocabulaire, aiment-ils les détails, la théorie, la pratique, les résultats? Qu’est-ce qui motive ces personnes? Quel est leur degré de connaissance du sujet?
Calibrez cela et adaptez-vous à votre public. Si le public est très large, alors vous devez utiliser un langage le plus large possible pour que chacun s’y retrouve.

- Pour utiliser efficacement la communication para-verbale, prenez déjà conscience de votre tendance “naturelle”. Lorsque vous parlez en public, habituellement, comment est votre voix? votre volume? votre rythme d’élocution?
Pour être efficace à ce niveau là, apprenez à moduler le rythme de votre voix, accélérer, ralentir, faire des temps de silence. Cela permet ensuite de mettre l’accent sur certains éléments de votre présentation. De même vous pouvez utiliser le volume et la tonalité de la voix pour marquer et accentuer des éléments de votre discours. Observez les “speakers” charismatiques : ils n’ont pas toujours le même ton, ni le même débit de parole et ils savent utiliser leur voix pour rendre plus vivant leur discours. Une voix monotone aura pour effet d’endormir votre auditoire, ce n’est pas ce que vous voulez?

- Pour utiliser efficacement la communication non-verbale, prenez conscience de comment vous agissez au niveau “comportemental” lorsque vous parlez en public. Votre posture, ce que vous faites de vos bras, votre gestuelle, vos déplacements, vos mouvements corporels, vos expressions du visage.
La gestuelle est essentielle (sans trop en faire) pour accompagner ce que vous dites, elle permet, utilisée efficacement de “chorégraphier” votre discours et permettre à votre auditoire de non pas seulement vous écouter mais aussi visualiser ce que vous dites, qui prend forme ainsi plus facilement.
Vous pouvez donc utiliser des gestes pour renforcer votre impact et l’effet de votre prise de parole, mais aussi utiliser votre corps en variant les postures.
Aussi l’espace permet d’ajouter encore un aspect plus vivant, si vous l’utilisez intelligemment. Plutôt que d’être statique comme un “piquet”, utilisez l’espace et bouger pendant votre discours (sans passer votre temps à vous déplacer) dans la mesure qui est utile pour illustrer ce que vous dites et pour donner une dynamique.

L’ancrage, outil puissant pour le non-verbal. Lorsque vous répétez des gestes de manière consistante pour passer le même genre de message, une association se fera pour les personnes de votre audience, inconsciemment, et vous pouvez utiliser cela pour plus de charisme et “guider” votre audience. De même pour l’espace.
Par exemple vous pouvez vous mettre à un endroit précis de votre “scène” lorsque vous parlez de choses plus théoriques, de concepts, de modèles, etc. et vous y situer dès que vous êtes dans la théorie. Ensuite lorsque vous êtes plus dans une phase pratique ou que vous illustrez avec des exemples, vous pouvez vous mettre à un autre endroit précis, différent, dans votre espace de parole. Ainsi chaque fois que vous irez dans un espace ou dans l’autre, votre public s’attendra à de la théorie ou de la pratique, et inconsciemment se mettra dans un état mental plus approprié pour vous écouter, naturellement et automatiquement. Autre exemple, vous parlez debout. Vous vous asseyez lorsque vous demandez au public de poser ses questions. Après un certain nombre de répétitions, au cours d’un séminaire sur plusieurs jours par exemple, les participants savent inconsciemment que lorsque vous vous asseyez c’est la phase questions/réponses, et que lorsque vous êtes debout on vous laisse finir votre exposé…Voici quelques exemples simples pour illustrer tout ce que l’on peut faire d’excellent en maîtrisant la communication non verbale et comment on peut grâce à cela induire des réactions souhaitées chez son audience, et garder un certain “contrôle” de la communication.

On pourrait détailler bien plus encore sur chacun de ses points, parler en public étant véritablement une science, un art et une discipline passionnante!

Voilà en tout cas quelques pistes de plus à explorer pour avancer et vous “auto-coacher” avec cette seconde partie. A vous de jouer maintenant.

Florent Fusier
“Le Coach en Ligne”

{ 1 comment }

Parler en public : comment être efficace? partie 1/5

juin 20, 2011

La prise de parole en public Le micro est prêt, la salle est remplie, 10, 15, 25, 50 ou 100 personnes vous attendent…des néophytes, des curieux, des experts qui en savent autant que vous, voir plus sur votre sujet…ils vous regardent tous et attendent avec impatience que vous commenciez votre discours, exposé ou conférence… Comment [...]

Lire l’article complet →

Les Secrets des Entrepreneurs qui réussissent – partie 3 : les “3 P” de la Prospérité

juin 12, 2011

Les Secrets des Entrepreneurs à Succès Suite de l’article posté il y a quelques jours : deuxième partie Découvrez aussi la formation en ligne “Réussir ce que l’on entreprend” en cliquant ici… Nous avons vu deux articles déjà sur les Secrets des Entrepreneurs qui réussissent, écrits par Michael Hall, PhD (USA), créateur de la Neuro-Sémantique. [...]

Lire l’article complet →

L’Ennéagramme, outil de compréhension de soi et des autres

juin 6, 2011

Ma pratique de l’Ennéagramme… par Jean-François Mareczko, formateur et spécialiste de l’ennéagramme Si vous êtes sur cette page cher lecteur , c’est que vous avez déjà traversé un certains nombre d’étapes dans votre intérêt pour l’ennéagramme, car comme dans le sketch de “la chauve-souris” de Jean-Marie Bigard, à ce jour la rencontre entre mes écrits [...]

Lire l’article complet →